Vous êtes enfin parvenu au bout de la constellation de la baleine. Tout n'était que vide autour de vous.  Elle était là brillant faiblement, flottant dans l'air, semblable à une grande flamme mais sans support apparent.

Vous avez hésité au départ puis vous vous êtes avancé, surement pour éviter de parler trop fort dans ce silence apaisé. Une voix se fit entendre dans un écho.

"Que me voulez-vous ?" Elle vous fit frissonner, vous reteniez votre souffle comme devant une bougie. Cette lumière devant vous était grande, opaque, ne laissant rien voir d'autre.

"Êtes-vous Menrak ?" Avez-vous commencé.

"Oui." Sa réponse sembla lui demander un grand effort.

"Je cherche l'imaginaire, vous pouvez m'aider."  Vous étiez fébrile  car elle mit un moment à vous répondre.

"Tout dépend de vos intentions, pourquoi le chercher ?" Vous ne saviez quoi répliquer. Les réponses s'entrechoquaient dans votre tête, des réponses sans grandes logiques évidentes bien sûr.

"Cela a-t-il un intérêt véritable ?" Avez-vous songé.  Menrak avait réussi à vous décourager, à vous mettre au pied du mur.

"Il  en est ainsi, vous devez partir." Telle fût sa conclusion à votre silence.  Cette phrase vous sembla injuste.

"Pourquoi ?" Vous aviez levé la tête pour la regarder fixement. "Pourquoi les raisons de nos actes devraient toujours avoir un justification ? Pourquoi serions-nous obligés de suivre une soi-disant logique aux choses ? Nous sommes dans l'imaginaire, ne pourrions-nous pas faire ce dont nous avons envie, lorsque nous en avons envie sans se poser de questions ?"  Vous étiez étonné de votre réponse, et apeuré de la sienne qui ne tarda pas à venir. Sa lumière devint plus intense vous rendant anxieux.

"Ton Âme doit être fière de toi en ce moment, elle doit ressentir ce feu qui brûle en toi." Elle avait changé, sa voix était plus sûre et plus rapide. "L'imaginaire a été nourri de tellement de chose depuis un temps ancestrale, et de tant de manières que moi-même il m'est impossible de toutes les énumérer. Tu viens des profondeurs de la terre, lieu de l'imaginaire fantastique parfois sombre, horrifique ou fantomatique et tellement d'autres. Maintenant tu es au plus haut du ciel, lieu de l'imaginaire homérique, parfois orageux, tempétueux et encore tellement d'autres. Il te ne te reste plus qu'à redescendre sur terre, lieu de l'imaginaire proche du réel, parfois épique,  héroïque, de temps en temps simple et beau, à deux doigts d'être vrai." Un sourire dessinait votre visage, vos yeux brillaient d'un éclat amusé. Elle continua.

"En bas tu chercheras Kaolin, à lui seul il est la nature même des choses, celui qui fait que tout fonctionne. Il t'aidera à écrire tes propres aventures de l'imaginaire. Il met en relation tous les éléments."

"Comment le trouver ?"

"Ce n'est pas le plus important, si tu veux vivre l'imaginaire un moment ou un autre tu le trouveras pour qu'il t'aide. Reste à savoir si tu en as envie ou pas." A ce moment-là vous avez senti une force invisible sur tout votre corps, comme tiré en arrière.  Vous saviez que c'était Menrak qui agissait. Vous n'avez rien pu faire, en aviez-vous véritablement envie ?  Vous l'avez regardé une dernière fois vous éloignant d'elle, ou peut-être est-ce elle qui s'en allait après tout. Ensuite tout est allé très vite, le sol de Faérie se rapprochant à toute vitesse là où vous êtes arrivé au départ.